Picasso Primitif vue par Mirage Communication

Même un génie se nourrit des autres

 

Tout d’abord, le plaisir de revenir ou de découvrir ce superbe musée du Quai Branly, qui depuis son inauguration en 2006 par Jacques Chirac ne cesse d’émerveiller ses visiteurs, par la qualité impressionnante des œuvres exposées mais aussi par le bâtiment en lui-même conçu par Jean Nouvel.

Chef-d’œuvre architectural, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, notamment avec son magnifique jardin de 18 000 m², le musée accueille aujourd’hui sa 100ème exposition temporaire, et peut-être l’une des plus belles : Picasso primitif.

Au travers de 300 œuvres dont 107 réalisées par ce génie de la peinture, admirablement mises en lumière plus ou moins tamisées et en correspondance, cette exposition s’ouvre telle une enquête avec moult documents pour démontrer l’importance des arts primitifs d’Afrique, Océanie, Amérique et Asie chez Picasso. On découvre alors son importante collection de masques, sculptures et autres objets qu’il possédait dans ses différentes maisons et ateliers, attestant une vraie passion et une source d’inspiration évidente qui se révèle au fil de notre déambulation. Après avoir découvert en 1906 un masque du Gabon chez son ami Derain puis ensuite visité le musée d’ethnographie du Trocadéro, l’artiste espagnol reçoit un choc et entame une relation au long cours avec les arts premiers faite d’admiration et de crainte. Cette influence, que certains avaient circonscrite à la période cubiste de Picasso, voit une résonnance bien plus large tout au long de sa carrière. Notamment dans la représentation du corps humain, dont le parcours passionnant de l’exposition met en parallèle des œuvres majeures du peintre andalou avec celles d’artistes anonymes d’Afrique ou d’ailleurs qui se répondent dans un envoûtement total.

Voilà bien ce que l’on ressent à la sortie de cette exposition somptueuse où l’art dans toute sa liberté correspond au-delà des siècles, et où le peintre le plus célèbre du monde rend un vibrant hommage à travers ses créations aux arts primitifs.

 

 

Par Michel Monsay

Picasso primitif – Exposition au Musée du Quai Branly jusqu’au 23 juillet sauf le lundi – Entrée : 10€.